CONFÉRENCE SUR PIERRE SOULAGES À LA MAISON FRANCO-JAPONAISE

Vendredi 22 juin 2018, à la Maison franco-japonaise de Tokyo, l’artiste calligraphe Yukako Matsui et l’historien Matthieu Séguéla tiendront une conférence intitulée : « L’œuvre de Pierre Soulages, une abstraction calligraphique ? ». L’histoire entre le peintre né à Rodez il y a 99 ans et le Japon a débuté en 1951 lorsqu’il est exposé au Salon de mai à Takashimaya avant qu’il ne se rende dans l’archipel pour une première visite en 1958. Soixante ans plus tard, la relation entre le maître de l’ « outrenoir » et le Japon est toujours aussi forte.

LE PEINTRE ABSTRAIT ET LA CALLIGRAPHIE

Noir de l’encre, tracé du pinceau, art du dépouillement, certaines œuvres du peintre et graveur français, ont souvent été comparées à la calligraphie japonaise. Lui même l’a reconnu dans un livre d’entretiens avec Françoise Jaunin paru en 2002, à propos de ses brous de noix de 1959 : « J’ai fait des combinaisons de lignes qui se présentent aux yeux du spectateur comme une grande forme, un grand signe que l’on pouvait voir d’un seul coup et je me suis aperçu un beau jour que les dessins que je faisais pouvaient rappeler les signes chinois ». Et comment effectivement ne pas faire le rapprochement entre certaines de ses peintures et certains idéogrammes japonais : la lithographie numéro 40, réalisée en 1979, est étrangement proche du caractère utilisé pour écrire l’œil. Ainsi la gestuelle du pinceau mêlée aux nuances discrètes de noir sur fond blanc peuvent engendrer, dans le ressenti de l’observateur, un rapprochement avec les célèbres calligraphies japonaises ou des ombres qui peuplent notre imaginaire, tels des arbres ou encore des torii.


Néanmoins, afin de ne pas être enfermé et contraint par un usage déterminé et laisser place à l’abstraction, là où le calligraphe utilisera un pinceau taillé en biseau, Pierre Soulages préfère des outils plus rustiques. Lors de son premier voyage au Japon en 1958, se faisant présenter les différents pinceaux traditionnels, son dévolu se jette ainsi sur ceux à poil ras et carré, appelés « herbe coupée ». Anecdotes dont parleront probablement Yukako Matsui et Matthieu Séguéla qui présenteront les liens qui unissent le peintre au Japon et à sa culture. Ils aborderont aussi la réception de l’œuvre de Pierre Soulages dans l’archipel et les interprétations qui ont pu en être faites ici comme en Occident. Pour illustrer leurs analyses et commentaires, ils présenteront de nombreux rapprochements visuels et conceptuels entre des calligraphies japonaises et des créations du peintre français, afin d’essayer de déterminer les tendances communes et les différences d’intention et de réalisation chez leurs auteurs.

LES POINTS DE VUE DE L'ARTISTE ET DE L'HISTORIEN

L’artiste calligraphe japonaise, Yukako Matsui, est plongée dans la beauté de cet art depuis l’âge de six ans. En 2010, elle crée son propre atelier pour ensuite donner des cours dans différentes institutions, dont L’Institut français du Japon – Tokyo. Depuis 2012, ses œuvres voyagent et sont présentées au public aussi bien en France qu’au Japon. Deux séries lui valent d’ailleurs les honneurs : « L’écriture et le paysage » de style Kôkotsu-bun et la série « Hida » constituée de calligraphies abstraites sur papier formé. Elle collabore aussi fréquemment avec l’Université Paris 13 et des artistes de différentes disciplines (musique, danse, etc.), pour des expositions, des performances et des expériences poétiques.


L’historien Matthieu Séguéla poursuit entre autres thèmes, depuis sa thèse sur « Clemenceau et l’Extrême-Orient », l’étude des liens artistiques qui unissent la France et le Japon à travers les modes et les acteurs (artistes, marchands, publicistes comme hommes d’état) qui les ont animés et continuent à les faire vivre. Cet ami de Pierre Soulages, enseignant au Lycée Français International de Tokyo, est chercheur associé à l’Institut français de recherche sur le Japon (Cnrs-Meae/MFJ), docteur en histoire de Sciences Po Paris et commissaire d’expositions. Il collabore en tant que conseiller scientifique et conférencier avec divers musées (Orangerie, Guimet, Quai Branly, Soulages et Bridgestone). Ces derniers ouvrages et essais parus sont « Clemenceau ou la tentation du Japon » (2014, Prix Pavie), « La Voie du tableau, Monet et le Japon » (2016) ou encore « D’encre et de pierre, le Japon de Soulages » (2018).

INFORMATIONS

Date :
Vendredi 22 juin 2018

Horaires :
18h30-20h00

Lieu :
Maison franco-japonaise, Tokyo, salle 601

Adresse :
〒150-0013 Tokyo, Shibuya, Ebisu, 3 Chome−9−25
〒150-0013 東京都渋谷区恵比寿 3-9-25

Tarif :
Gratuit

Inscription (obligatoire) :
sejt.contact@gmail.com

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique