KANAMARA MATSURI, CÉLÉBRATION DE LA FERTILITÉ AU JAPON

Tous les premiers dimanches d’avril depuis quarante ans se tient à Kawasaki, dans la banlieue sud de Tokyo, un festival qui n’a rien de commun avec tout ce qui peut se voir ailleurs au Japon. C’est un festival dont le thème central est la fertilité et la divinité à honorer un phallus. Trois pour être précis, un en bois, le plus ancien, un en fer noir et un géant tout rose. Tous sont installés sur des mikoshi (petits temples en bois portés et promenés autour du sanctuaire) qui circulent dans la ville. Celui qui supporte un phallus à taille humaine n’a pas de toit. Il a été donné par un club de drag queen appelé Elizabeth et a le même nom. Il est d’ailleurs porté durant le festival par des hommes habillés de vêtements féminins. Le phallus en fer noir mesure un mètre de haut et son mikoshi a la forme d’un bateau. Il fait écho à une ancienne légende selon laquelle un forgeron, dont l’atelier est reconstitué dans le sanctuaire, avait forgé un énorme phallus pour chasser un démon qui avait trouvé refuge dans le vagin d’une jeune femme. Il en était tombé follement amoureux mais, comme elle ne partageait pas les mêmes sentiments, il s’était caché en elle et avait castré à l’aide de ses dents acérés ses deux époux lors de leur nuit de noces.

A l’origine de l’évènement se trouve le sanctuaire dans lequel sont entreposées les divinités le reste de l’année. Dans les années 1600, le Kanayama Shrine était populaire auprès des prostituées des maisons de thé alentours qui venaient prier pour être protégées des maladies sexuellement transmissibles. Le festival a pris beaucoup d’ampleur, attisant la curiosité de milliers de visiteurs et de touristes étrangers, venus plus pour le côté original, fun et voyeur de l’évènement que pour sa dimension culturelle et spirituelle. Car si les Japonais viennent encore au sanctuaire pour y prier et être protégés des maladies vénériennes, ils viennent aussi y demander la bénédiction pour la fertilité, l’accouchement facile, le mariage, l’épanouissement entre époux, l’harmonie familiale, l’avenir du clan et la prospérité des affaires.

Tout ceci se fait dans une ambiance bon enfant, dans le respect de la tradition, comme tous les matsuri du Japon, et aurait même une vocation éducative auprès des plus jeunes. De plus en plus populaire dans la communauté gay et chez les transexuels, le dieu phallus est ainsi vénéré et vendu sous toutes les coutures, de la sucette à la pâtisserie, en passant par le chocolat, la bougie, le stylo, les lunettes, le pendentif (en cristal) ou porte-clés, le légume sculpté ou la décoration en bois. Et dans un but caritatif, les recettes étant reversées à la recherche contre le Sida. Si vous pensiez que le Japonais était une personne pudique, venez assister à ce festival pour vous faire une autre idée, sans la généraliser ou la critiquer toutefois, et découvrir l’une des plus incroyables manifestations du monde. Une parade traditionnelle hors du commun à 30 minutes de Tokyo !

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique