LA LOCATION D'UNE VOITURE AU JAPON

Quand vous venez au Japon, plusieurs façons de voyager se présentent à vous. Si vous partez en séjour organisé, vous n’avez théoriquement à vous soucier de rien au niveau du transport. Si vous partez en mode aventurier, vous ne dépendrez que des transports en commun et de votre faculté à faire de l’auto-stop (encore que la pratique ne soit pas très répandue ici). Le système de transports en commun est en effet très développé au Japon, assez économique, avec notamment le Japan Rail Pass qui vous permet de vous déplacer à moindre frais sur une grande partie du territoire, et cette solution est la plus privilégiée par les voyageurs étrangers. Mais si vous décidez de tout prendre en main et d’être totalement indépendant en vous procurant votre propre moyen de locomotion, pour vous rendre dans des endroits plus reculés du Japon et moins desservis par exemple, vous devrez immanquablement passer par une agence de location. Cela dit, ne conduit pas qui veut sur les routes japonaises et mieux vaut dès à présent connaître le fonctionnement du système. Voici donc un guide qui vous donne les points essentiels d’une location de voiture au Japon.

LE RESPECT DE LA RÈGLEMENTATION JAPONAISE

Le permis de conduire japonais

Tel que délivré par les autorités françaises, le permis international n’est pas reconnu sur le territoire japonais. Ne pensez donc pas vous présenter à la première agence de location une fois que vous serez descendu de l’avion car elle ne vous laissera pas de voiture si vous ne disposez que de ce papier officiel. Il vous faut absolument un document délivré par les autorités japonaises. Si vous êtes au Japon pour moins d’un an avec un visa touristique (3 mois maximum) ou un visa vacances-travail, il faut vous rendre au JAF (Japan Automobile Federation) pour avoir une traduction certifiée de votre permis de conduire. Il faut payer pour cela 3000 yens et compter trois heures environ pour obtenir le document. La procédure est identique pour les résidents, sauf que la traduction seule ne sera pas suffisante. Les autorités japonaises exigent en effet du résident qu’il possède le permis de conduire japonais. Il faudra donc se déplacer d’abord au JAF pour la traduction et ensuite dans le bureau des permis de conduire du lieu de résidence pour obtenir le précieux document, et ceci dans l’année de son arrivée sur le territoire japonais.

Les règles de conduite sur les routes japonaises

C’est connu, les Japonais respectent les réglementations et la conduite est un domaine où il est très facile de le constater. Concernant le Code de la route, la JAF a mis en ligne une page en anglais pour en connaître les règles principales. Elles ne sont pas très différentes des nôtres et les panneaux, qui correspondent également aux standards internationaux, sont la plupart du temps écrits en lettres romaines. Voici néanmoins les principales mesures :

  • On conduit à gauche ! Cela change toutes les perspectives, autant dans l’habitacle qu’à l’extérieur. Et si vous ne l’avez jamais expérimenté, c’est déroutant au début et demande une certaine adaptation.
  • Il devrait être inutile de le préciser mais le port de la ceinture est obligatoire pour le conducteur et les passagers.
  • Si vous avez un enfant de moins de 6 ans, vous devez le placer dans un siège adapté.
  • Respect absolu du piéton et du cycliste. Même si on a le temps de passer, les Japonais s’arrêtent dès l’instant qu’ils voient un piéton qui s’engage sur un passage adapté. Il faut être aussi très vigilent avec les cyclistes qui sont très nombreux et qui peuvent débouler de n’importe où sans forcément respecter les signalisations.
  • Utiliser le clignotant. C’est ridicule à dire parce que ça fait partie des règles de base mais les Français ne l’utilisent qu’à moitié alors que les Japonais n’oublient jamais d’indiquer aux personnes derrière elles, et bien en avance, qu’elles vont changer de direction.
  • Attendre avant de tourner à droite.
  • S’arrêter obligatoirement au feu rouge et même dès le début du feu orange.
  • Respecter le feu vert, que les Japonais appelent bleu, en forme de flèche.
  • Faire très attention aux limitations de vitesse. Si ce n’est pas indiqué sur un panneau, elle est de 40 km/h en ville, 60 sur route et 100 sur autoroute.
  • Faire attention aux interdictions de dépasser.
  • Bien s’arrêter au stop ainsi qu’aux passages à niveau.
  • Bien regarder le feu d’en face. Ils sont généralement placés en hauteur et plusieurs mètres après la ligne d’arrêt.
  • N’utiliser le klaxon qu’en cas de stricte nécessité. Vous n’en entendrez quasiment jamais, si ce n’est parfois pour remercier un autre usager de la route ou en cas de danger.
  • L’alcool, le téléphone portable ou tout autre distraction sont interdits au volant.

L'AGENCE DE LOCATION JAPONAISE

Une fois en possession d’une traduction officielle ou de votre permis de conduire japonais, les portes des agences de location vous sont grandes ouvertes et vous pourrez alors louer la voiture qui répond le mieux à vos attentes. Lorsque vous allez dans une agence pour louer ou récupérer une voiture, pensez à avoir toujours avec vous votre passeport, votre permis de conduire et sa traduction officielle. Elles sont disponibles un peu partout en ville, autour des gares et aux aéroports. Les principales sont Toyota Rentacar, Nippon Rentacar, Orix Rentacar, Times Car Rentacar, Nissan Rentacar, Tocoo et Ekiren, mais vous trouverez également les grandes compagnies internationales que sont Budget, Hertz ou Avis. Si vous voulez directement louer dès votre arrivée à Tokyo, les sites de Narita et d’Haneda vous donnent des informations utiles telle que localisation, horaires, téléphone, réservation et en anglais. Le service au comptoir est identique à celui qu’on peut rencontrer dans les autres pays et, même s’il est toujours préférable d’avoir des notions de japonais, ce n’est pas non plus indispensable. Les véhicules qui vous sont proposés sont de très bonne facture, pratiquement toutes de marque japonaise et équipés de l’air climatisé, et vous ne devriez pas avoir de mauvaises surprises avec la qualité du service.

Le service sur Internet

Presque toutes les agences ont un site Internet qui vous permet de louer votre voiture avant même d’arriver au Japon et vous pouvez donc préférer régler la question avant de partir. Les rappels quant à la possession de la traduction ou du permis japonais s’affichent dès lors que vous passez en langue anglaise. A vous de vous assurer que vous êtes déjà en possession de ce document ou que vous comptez le faire avant de vous rendre en agence. L’avantage de cette solution est que tout sera réglé avant que vous arriviez dans le pays et que vous éviterez la mauvaise surprise de ne pas avoir de disponibilité sur la voiture de votre choix. Voici une liste de comparateurs en français :      

  • carigami.fr
  • happycar.fr
  • rentalcars.com/fr
  • europcar.fr
  • jetcost.com
  • autoeurope.fr
  • routard.com/location de voitures/japon.html
  • alibabuy.com
  • comparatiflocationdevoiture.fr/japon
  • economycarrentals.com

À titre de comparaison, vous pouvez également jeter un oeil sur ces sites en anglais qui vous proposeront le même type de service :

  • tabirai.net
  • rent.toyota.co.jp
  • nrgroup-global.com/en
  • rental.timescar.jp
  • nissan-rentacar.com (GPS en anglais sur demande pour 1000 yen/jour)
  • ekiren.co.jp

LE COÛT DE LA LOCATION D'UN VÉHICULE AU JAPON

Le paiement peut normalement s’effectuer par carte de crédit mais certaines agences, comme dans beaucoup de domaines au Japon, peuvent n’accepter que l’argent liquide. Sauf si vous avez payé au moment de la réservation en ligne, pensez à vous renseigner avant de vous rendre à l’agence pour savoir s’il vous faut prévoir de passer au distributeur de billets avant. Les tarifs peuvent varier d’une agence à l’autre mais sachez que cela tournera autour de 7500 yens pour une petite voiture, 10.000 yens pour une moyenne, 15.000 yens pour une grande et 20.000 yens pour un van. Selon les saisons, les tarifs peuvent être revus à la hausse. Les prix incluent normalement un kilométrage illimité, les taxes et l’assurance obligatoire d’un montant de 1000 yens par jour qui comprend l’assurance responsabilité civile, une couverture pour les dégâts matériels et les dommages au locataire. Il est possible de rendre sa voiture dans une autre agence que celle de départ même si ce n’est pas d’usage au Japon. Mais des frais de rapatriement assez élevés, calculés sur la base de la distance entre les deux agences, s’appliqueront alors. Sauf dans certaines agences qui autorisent la procédure sans frais si les deux agences se trouvent dans la même préfecture.


A tout ceci s’ajoutent les frais de péages des autoroutes et des équipements tels que ponts ou tunnels qui vous feront gagner du temps mais qui restent assez chers (25 yens à peu près le kilomètre d’autoroute). L’essence est moins chère qu’en Europe mais, si vous roulez beaucoup, la note pourra également être salée au final. Sans oublier les frais de parking car, tout le monde le sait, les Japonais vivent dans un espace réduit où les places coûtent cher (Tokyo est l’une des villes du monde les plus chères dans ce domaine). Si vous pensez enfin relouer dans la même agence, pensez aussi à demander une carte de fidélité pour pouvoir bénéficier ultérieurement de réductions ou d’autres avantages.

QUELQUES PHRASES UTILES EN JAPONAIS

Plus besoin de réserver les billets de train ou de se dépêcher pour ne pas rater le bus, vous avez désormais une voiture et êtes maître de votre destin. Mais si la voiture vous permet d’accéder à des endroits autrement plus difficiles, il est un autre stress qu’il faut prendre en compte si vous n’avez pas de notion de japonais. Il faut en effet savoir que, même armé d’un bon anglais, vous aurez peu de chances d’être compris, surtout si vous vous éloignez des villes. Nous avons donc sélectionné pour vous quelques phrases qui pourraient vous être utiles dans certaines situations. Afin de pouvoir vous faire comprendre, vous aurez besoin d’avoir des bases dans la prononciation des Romaji (écriture alphabétique de la langue japonaise). Si ce n’est pas votre cas, il vous suffira de montrer la phrase que vous souhaitez utiliser de cet article à votre interlocuteur afin qu’il puisse comprendre ce que vous souhaitez lui dire.

Les phrases ou expressions usuelles

Nihongo dekimasen : Je ne parle pas japonais
Hitori : une personne
Futari : deux personnes
San-nin : trois personnes
Tasukete kudasai : Aidez-moi s’il vous plaît
Koko wa dokoka wakarimasen : Je ne sais pas où je suis
Koko no juusho wo oshiete kudasai : Dites-moi l’adresse de ce lieu s’il vous plaît
Chuushajoo wa arimasuka : Y a-t-il un parking ?
Kuruma wa doko ni tomereba iidesuka : Où puis-je stationner ?

En cas d'accident au Japon

Keisatsu wo yonde kudasai : Appelez la police s’il vous plaît
Kyuukyuusha wo yonde kudasai : Appelez une ambulance s’il vous plaît
Kootsuujiko desu : Il y a un accident
Keganin ga imasu : Il y a un blessé

En cas de blessure au Japon

Kega wo shimashita : Je me suis blessé
Guai ga warui desu : Je me sens mal
Isha ni mite hoshii : Je veux voir un médecin
Byooin ni tsureteitte kudasai : Emmenez-moi à l’hôpital s’il vous plaît
Chi ga deteimasu : Je saigne
Atama wo uchimashita : Je me suis cogné la tête
Kubi ga itai : J’ai mal au cou
Te / Ashi ga ugokimasen : Ma main / mon pied ne bouge pas
Mahi shiteimasu : Je suis paralysé
Ishiki wa arimasu / Ishiki ga arimasen : Être conscient / Être inconscient

Au garage ou à la station essence

Regular mantan : Un plein d’ordinaire
Regular nijuu liter : 20 litres d’ordinaire
Koshoo shimasita : C’est cassé
Kuruma ga ugokanai : Je suis en panne
Kagi wo tojikomemashita : J’ai laissé la clé dans la voiture
Gasuketsu desu : Je suis en panne d’essence
Battery ga agarimashita : La batterie est vide
Panku desu : J’ai un pneu crevé

Sachez également qu’en cas d’accident, il vous faut appeler le 110 pour joindre la police et le 119 pour appeler les pompiers ou une ambulance. Pensez également à prévenir votre agence avec le numéro inscrit sur le formulaire de réservation. Enfin, en cas de panne sur route, la JAF offre un service d’aide sur toute l’année. Vous pourrez appeler le 0570-00-8139 ou # 8139 pour être assisté(e) en anglais de 9h à 18h.

 

Si la conduite sur route japonaise reste tranquille avec des usagers très respectueux des règlementations, le service de transports publics et la crainte d’être livré à soi-même dans un pays aussi éloigné font que les étrangers qui privilégient la solution de la location d’une voiture sont peu nombreux. A cause de la langue d’abord et de la signalisation qui peuvent en dérouter plus d’un. La technologie très poussée des GPS japonais, en option, est là pour aider le touriste égaré mais l’anglais n’est pas toujours disponible et se retrouver isolé dans la jungle urbaine tokyoïte ou sur les routes de campagne peut être dissuasif, tout comme la somme qu’il vous faudra débourser au final. Mais si vous êtes nombreux, si vous ne craignez pas de passer du levier de vitesse manuel à l’automatique, si le ou les conducteurs ont plus de 25 ans, si vous n’êtes pas trop regardant sur les options de la voiture, si vous avez des notions de japonais, si vous voulez explorer le Japon traditionnel et ne pas vous limiter aux grandes villes, si vous pensez n’emprunter que les petites routes en réduisant au maximum votre consommation d’essence et si vous comptez restituer la voiture à l’agence de départ, la solution de la location deviendra alors très intéressante.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique