NI NO KUNI II : LA SUITE DU JEU VIDÉO RÉALISÉ PAR LE STUDIO GHIBLI

« Ni no Kuni II : Revenant Kingdom » est sorti le vendredi 23 mars sur PlayStation 4 et PC. Suite de « Ni no Kuni : la Vengeance de la Sorcière Céleste » qui avait ravi des centaines de milliers de joueurs sur PlayStation 3 et Nintendo DS (uniquement au Japon), ce nouvel opus développé par la société japonaise Level-5 et édité par Bandai Namco pourrait en faire autant. D’autant plus que les œuvres signées Studio Ghibli sont rares, donc précieuses, et encore plus en matière de jeux vidéo. Le studio japonais ne s’est pas directement impliqué dans ce projet mais sa marque est bien présente, tant dans la qualité des graphismes que dans la beauté de l’animation et la profondeur de l’histoire.

UN JEU VIDÉO FAIT A LA MANIÈRE DES FILMS DE MIYAZAKI

Un mélange subtil d'action, de stratégie et de gestion

D’abord annoncé pour novembre 2017 puis janvier 2018, le jeu tant attendu par les fans est enfin sorti. « Ni no Kuni II : L’Avènement d’un Nouveau Royaume » fait partie de ces jeux qui vous transportent immédiatement dans un autre monde, un univers fantastique dans lequel existent des créatures étranges, des cités merveilleuses et des paysages enchanteurs. Vous incarnez Evan, un prince avec des oreilles de chat, qui a été évincé de son propre royaume après la mort de son père. Pris sous l’aile de Roland qui est à la tête d’un autre monde, vous allez devoir créer un nouveau royaume. Les combats auxquels vous allez devoir faire face sont tournés vers des phases d’action, comme dans tout bon J-RPG (jeu de rôle japonais) qui se respecte. Vous voyagez ainsi de région en région en affrontant vos ennemis et en enrôlant de nouveaux alliés, tout en bâtissant un nouvel empire.

Ces nouvelles recrues serviront par la suite votre royaume en le faisant prospérer. C’est ici qu’intervient le point fort du jeu. Une deuxième phase consiste en effet à créer une stratégie en temps réel pour faire évoluer votre base, construire des maisons, bâtir des commerces, les gérer et façonner ainsi une société dans laquelle chaque citoyen se bat et agit pour le bien commun. Le but final étant de façonner un royaume à votre image et dont vous serez le maître régnant. L’univers musical, essentiel dans ce genre d’aventure, devrait être familier pour beaucoup de cinéphiles puisque c’est un certain Joe Hisaishi, le réalisateur de la plupart des musiques de films de Hayao Miyazaki et Takeshi Kitano, qui s’est collé à leur composition. On retrouvera d’ailleurs le grand compositeur, pianiste et chef d’orchestre japonais en concert à Paris en 2019.

La touche Ghibli apportée au jeu

Avec des graphismes de toute beauté qui nous renvoient dans l’univers des films de Ghibli, tout laisse à penser que le studio japonais passé maître dans l’animation se cache derrière le projet. Le premier opus « Ni no Kuni : » avait d’ailleurs été le fruit d’une collaboration directe sur la direction artistique avec le studio fondé en 1985 par Hayao Miyazaki et Isao Takahata. Pourtant, cette deuxième aventure, qui se situe dans la lignée de la précédente avec plusieurs dizaines d’années d’écart, ne cite pas le fameux studio dans les crédits. Et pour cause, si les animateurs qui ont travaillé sur ce jeu sont les mêmes que sur celui de 2010, ils ne le font plus aujourd’hui pour le Studio Ghibli. Comme par exemple le directeur de l’animation, Yoshiyuki Momose, qui avait notamment travaillé sur « Porco Rosso » et « Le Voyage de Chihiro » en tant qu’animateur clé (créateur de l’animation) avant de créer en 2005 son propre studio.

La touche qu’ils amènent à leur travail est donc bien inspirée de Ghibli mais le studio en tant que tel n’a pas contribué à la réalisation du projet. L’illusion est certes bien entretenue à tous les niveaux, dans la musique, le dessin, l’univers, le style, mais le Studio Ghibli, s’il en est l’inspiration, n’en est pas le développeur. « Ni no Kuni II » évoque la façon de faire du studio et le jeu vidéo renvoie immanquablement aux plus grands chefs d’œuvre du maître Miyazaki. À la différence près que dans le jeu vidéo vous avez une part active dans le déroulé de l’anime et les actions des personnages principaux. Alors, si vous êtes prêt(e) à passer sur cet écart pour ne voir que la magie d’une production faite « au Japon dans le style Ghibli », ce jeu devrait vous séduire à sa juste valeur. Cette suite, même si le studio ne s’y est pas directement impliqué, porte encore son influence, sa touche et son héritage.

Photo d’illustration : capture vidéo Youtube Bandai Namco Entertainment America

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique