TOKYO DISNEY SEA: LES NOUVEAUTÉS 2017

Le deuxième parc à thèmes du complexe de Tokyo Disney Resort, ouvert en septembre 2001, est considéré par la communauté des fans de la compagnie américaine comme le plus réussi de tous les parcs Disney du monde (au nombre de 12 maintenant). En plus de son thème unique centré sur la mer et de l’atmosphère très spéciale qui se dégage des lieux, la finition dans l’architecture est irréprochable, les attractions à sensations très spectaculaires, les décors splendides, les spectacles toujours aussi beaux et certains personnages pour le moins originaux. Le début de l’année 2017 a amené son lot d’évènements et nous vous présentons dans cet article le nouveau personnage du parc, que vous ne pourrez voir nulle part ailleurs, et la dernière attraction qui ravira certainement les petits comme les grands.

STELLA LOU OU LA NOTION DE RÊVE AU JAPON

Les Japonais, et surtout les Japonaises, sont fans de tout ce qui touche à Disney. Duffy, l’ourson en peluche qui a débarqué au Japon en 2004, n’a jamais eu autant de succès qu’ici, à tel point qu’il a fallu créer en 2010 sa copine Shellie May pour l’accompagner dans ses aventures et contenter ses adorateurs. Un personnage historique avait fait sa première apparition en avril 2014 dans le parc japonais. Prédécesseur de Mickey Mouse, Oswald le lapin chanceux, dont Disney avait perdu les droits au profit d’Universal pendant 80 ans avant de les récupérer en 2006, avait fait le bonheur des fans japonais avant de faire celui des Américains quelques mois plus tard (il était également présent durant la grande parade des 25 ans de Disneyland Paris le 12 avril 2017).

Si les fans français sont familiers avec les deux premiers, il est un personnage que nous ne connaissons pas en France, c’est Gelatoni, un chat peintre d’origine italienne qui est apparu en juillet 2014, toujours avec le même succès. Et voilà qu’un nouvel ami a débarqué en mars 2017 pour compléter la famille des personnages créés par la firme sans qu’ils ne soient jamais apparus dans un film : Stella Lou. Et pour respecter la parité, il s’agit d’un personnage féminin qui prend l’apparence d’une adorable petite lapine de couleur violette. Comme ses trois amis, les concepteurs ont imaginé une histoire autour de leur nouveau « character ». C’est alors qu’elle pratiquait des pas de danse que notre ami Duffy l’a vue pour la première fois. Le courant est apparemment bien passé entre les deux puisque, en plus de lui dire qu’elle était passionnée de danse classique, elle lui a également avoué son grand rêve : danser un jour sur une scène de Broadway. Duffy, qui pensait alors que le rêve était juste quelque chose qu’on faisait quand on dormait, s’est fait expliquer par la petite lapine en tutu et ballerines que ça pouvait être aussi une projection de ce qu’on aimerait être ou faire dans le futur. Dès lors, Duffy s’est engagé à faire tout son possible pour que le rêve de sa nouvelle amie devienne un jour réalité.

La grande et belle leçon donnée par Stella Lou ouvre ainsi la porte à une nouvelle thématique sur le rêve, avec la question « Et vous, quel est votre rêve ? », et à une nouvelle gamme de produits dérivés, disponibles uniquement dans le parc. Cela va de la peluche au porte-clefs, en passant par le costume (pour peluche), le stylos, la boîtes de chocolats, le sac ou le porte-monnaie, sans oublier les indispensables ustensiles pour téléphones portables. Des menus spéciaux, avec boîtes repas ou mugs, en édition limitée sont également disponibles dans certains restaurants. Son arrivée dans l’univers de Disney ne pouvait être mieux choisie puisqu’elle correspondait avec le début de la saison de Pâques, faite d’œufs et surtout de lapins en chocolat. Sauf que Stella Lou, si elle pourra en faire fondre plus d’un, ne se laissera pas croquer facilement. En plus d’un espace photo qui lui est réservé sur l’ « American Waterfront », elle accueillera les clients du parc en compagnie de Mickey et Duffy jusqu’au 31 août 2017 à bord des véhicules de parades.

Au vu des porte-clefs à son effigie accrochés aux sacs à dos des Japonais(es) dans les rues de Tokyo, il est certain que la petite lapine couleur lavande rencontre déjà un franc succès et a séduit beaucoup de fans. Si vous aimez le concept et venez visiter les parcs de Tokyo Disney Resort, vous aurez du mal à résister au charme tout kawaii de cette nouvelle petite mascotte et à la folie du merchandising propre aux parcs d’attractions (et au marché) japonais.

LA NOUVELLE ATTRACTION DISNEY SUR LE THÈME DE NEMO

C’est en mai 2015 que l’attraction sur « Le Monde de Nemo » et « Le Monde de Dory », alors en préparation, avait été annoncée. Elle prendrait la place de « Stormrider », un simulateur de vol très spectaculaire qui avait ouvert avec le parc en 2001. Mais les Japonais adorant particulièrement les personnages issus des films Disney ou Pixar, il devenait judicieux de remplacer une attraction devenue moins populaire par une autre basée sur une franchise à succès. Pour preuve, « Toy Story Mania », qui avait ouvert le 9 juillet 2012, est très vite devenue l’attraction phare du parc, avec un record d’affluence et pas moins de 400 minutes d’attente, soit plus de six heures, dans les premiers jours du lancement. Le ticket « Fast Pass » est encore aujourd’hui nécessaire pour éviter les files de plus de deux heures et profiter entièrement de ce superbe parcours interactif en 3D centré sur les personnages de Woody, Buzz et tous leurs amis les jouets.

C’est donc le 12 mai 2017 que « Nemo and friends Searider » a ouvert à « Port Discovery », une des parties du parc. Si l’attraction précédente nous permettait d’être projeté au cœur d’une tornade, celle-ci nous immerge totalement dans l’océan pacifique pendant près de cinq minutes (quinze avec le pré-show). Votre voyage vous mène plus précisément à quelques 6000 km de Tokyo sur la Grande Barrière de Corail, le grand récif australien élevé au rang de huitième merveille du monde. Pour cela, les scientifiques du tout nouvel » Institut de la Vie Marine » ont dû créer un matériau qui permet de rétrécir toute chose avec de l’électricité. Et les visiteurs, un peu comme ceux du « Visionarium » ou de « Chéri j’ai rétréci le public », pour celles et ceux qui ont connu ces superbes attractions de Disneyland Paris, subissent le même sort. Et voilà comment nous nous retrouvons bien installés au fond du siège de notre simulateur sous-marin, qui prend la forme d’un poisson nommé « Sea Rider » et qui a une capacité de 122 personnes. Imaginez-vous donc de la taille d’un poisson pour vous laisser guider par Nemo et Dory, aller à la rencontre des autres personnages des films et découvrir toutes les merveilles de l’océan. Les variations d’un tour à l’autre, comme le climat par exemple, générées de façon aléatoire par les ordinateurs, à la façon d’un « Star Tours » nouvelle génération, donnent la sensation aux visiteurs de faire à chaque fois un nouveau voyage.

Moins violente que son prédécesseur qui pouvait en incommoder certains à cause de mouvements assez intenses de la salle, l’attraction permet aux petits et grands de profiter pleinement des joies de l’exploration sous-marine, un univers absolument fascinant mais également en danger. Si l’attraction promet de belles sensations, elle sert aussi à éduquer les visiteurs, surtout les plus jeunes, en leur montrant les effets du réchauffement climatique et de la surexploitation touristique sur ce milieu fragile. Et comme pour Stella Lou, un merchandising coloré ainsi que des menus et autres produits, en édition limitée et disponibles uniquement à certaines locations du parc, ont forcément été installés pour accompagner l’ouverture de l’attraction.

Si nous n’avons pas pu aller tester la nouvelle attraction de Disney Sea, nous sommes persuadés que c’est du tout bon. Et si l’on se réfère à tout ce qui se dit sur le sujet, il n’y a pas de doute à avoir : l’effet d’immersion est total, les mouvements de la salle très réalistes, le rendu sur écran totalement réussi et les découvertes fascinantes. Les « Fast Pass » ne résistent pas plus de quelques heures après l’ouverture du parc et le succès est bien au rendez-vous. Si en plus Disney parvient à éduquer le public en le divertissant et à le sensibiliser pour l’inciter à prendre soin des océans, le pari est d’ores et déjà gagné. Et ce n’est pas Stella Lou, la petite lapine qui rêve de devenir ballerine, qui dira le contraire.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique