VICTOIRE DE MITAKEUMI AU TOURNOI DE SUMO DE NAGOYA

Dimanche 22 juillet 2018 s’est tenue à Nagoya la dernière journée du Nagoya Basho 2018, le tournoi de juillet de sumo qui est l’un des six tournois majeurs, les honbasho, qui animent au Japon une saison de sumo. C’est le rikishi (sumotori) Mitakeumi qui a remporté ce tournoi avec treize victoires pour deux défaites devant le rikishi Yutakayama qui a gagné douze combats dont celui entre les deux hommes au dernier jour du tournoi sur un magnifique kakinage.

LA VICTOIRE DE L'OUTSIDER MITAKEUMI

Lorsque dimanche 8 juillet le Nagoya Basho a débuté, les regards étaient principalement tournés vers trois rikishi : les deux yokozuna (premier rang dans la hiérarchie du sumo) mongols, Hakuho et Kakuryuu, ainsi que vers le nouvel ozeki (deuxième rang), le Géorgien Tochinoshin. Hakuho, bien que blessé lors du tournoi de janvier et absent à celui de mars, reste auréolé de ses 40 yusho (victoire de tournoi) et sortait d’un bon basho en mai. Kakuryu quant à lui, vainqueur de cinq honbasho au plus haut niveau, venait surtout d’enchaîner deux yusho d’affilé cette année après sa victoire en mars, à Osaka, au Haru Basho, le tournoi de printemps et en mai à Tokyo au Natsu Basho, le tournoi d’été. Enfin, tous les amateurs attendaient de voir le rikishi géorgien Tochinoshin, nouvellement promu au rang de ozeki après sa victoire au tournoi de janvier et ses bonnes performances en mars et mai. Malheureusement, avant même la fin de la première semaine, les trois favoris avaient renoncé pour blessure, laissant donc les lauriers de la victoire à un outsider.

Et c’est un jeune sekiwake (troisième rang) de 25 ans, originaire de Nagano, Mitakeumi, qui a su saisir sa chance. Menant le tournoi depuis le premier jour, il a enchaîné 11 victoires de suite jusqu’à la douzième journée. Dans le dernier combat de cette journée, Mitakeumi était opposé à l’ozeki Takayasu. Il a enregistré sa première défaite lors d’un match serré, sur décision arbitrale, les deux rikishi sortant du dohyo (ring) presque au même moment. Les juges ont estimé que Takayasu avait gardé ses pieds plus longtemps sur les tawara (bottes de paille délimitant l’espace circulaire de combat) avant sa chute, contrairement à Mitakeumi. Le ozeki a donc été gratifié d’une victoire par tsukiotoshi, à savoir pour avoir fait basculer son adversaire en faisant pression ici sur sa tête. Mitakeumi tentait quant à lui un tsukidashi, poussant Takayasu hors du dohyo après lui avoir attrapé son mawashi (ceinture). Défaite sans importance pour Mitakeumi, mais victoire précieuse pour Takayasu qui était sous le coup d’un kadoban, signifiant une possible relégation, s’il n’atteignait pas les 8 victoires dans le tournoi indispensables à son maintien au rang de ozeki.

UNE RELÈVE PAS ENCORE CLAIREMENT DÉFINIE

La victoire de Mitakeumi au Nagoya Basho met en lumière ce qui ressemble à une fin de règne pour les actuels yokozuna et l’absence clairement identifiée de relève. Pour la première fois depuis l’année 2000, et les victoires du sekiwake Musoyama au tournoi de janvier et celle du maegashira Takatoriki en mars, deux tournois ont été remportés dans la même année par des rikishi de rangs inférieurs à celui de ozeki : Tochinoshin en janvier, et Mitakeumi en juillet. Les trois yokozuna actuels sont de la même génération, Kakuryu et Hakuho sont nés en 1985, Kisenosato en 1986. Leurs capacités à récupérer de blessure sont mises à mal par leur âge, comme le montre l’exemple édifiant de Kisenosato qui a raté quatre des huit derniers tournois, abandonnant sur blessure aux quatre autres. Hakuho n’a quant à lui terminé qu’un seul de ses quatre derniers tournois et a déjà abordé à plusieurs reprises l’idée d’une retraite prochaine. Si Kakuryu peut aussi y penser, il reste sur un excellent début d’année et vit pour l’instant le meilleur de sa carrière. Il peut, comme Hakuho, encore remporter quelques yusho, mais ils n’incarnent pas l’avenir.

Il en va de même avec les ozeki : Goeido est né en 1986, et Tochinoshin en 1987. Takayasu est lui plus jeune car né en 1990. Mais depuis sa promotion au rang de ozeki en mai 2017, il n’a pas semblé en mesure de s’élever à un niveau supérieur, n’ayant jamais gagné le moindre tournoi et frôlant même régulièrement la relégation. Ce tournoi aurait du être le sien, mais il n’a pas su saisir sa chance. Même constat pour Goeido alors que beaucoup le voyaient devenir yokozuna. Il n’a jamais vraiment pu confirmer son statut depuis sa promotion en septembre 2014, si ce n’est lors de son éclatante victoire (15-0) au Aki Basho 2016 en l’absence de Hakuho. C’est donc vers les rangs inférieurs qu’il faut peut-être chercher la relève. Et le sekiwake Mitakeumi, vainqueur du jour, pourrait prendre rapidement du gallon. Sa victoire au tournoi de Nagoya ne lui assure cependant pas une promotion automatique : il lui faudra pour cela confirmer en s’assurant non seulement un kachi-koshi, plus de victoires que de défaites, en septembre, mais probablement aussi plus de dix victoires avec si possible une contre un yokozuna ou un ozeki, comme il l’a fait vendredi face à Goeido.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
DERNIERS ARTICLES
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique