CLIMAT : UN MOIS DE JUILLET HISTORIQUE AU JAPON

Le mois de Juillet 2018 au Japon est, dans le domaine climatique, définitivement entré dans les annales historiques. Précipitations, chaleur, durée de la saison des pluies ou sens des typhons, nombreux sont les phénomènes climatiques observés au-dessus de l’archipel à avoir été hors normes en ce début d’été 2018. Certains ont malheureusement eu des conséquences dramatiques et on déplore plus de 300 morts liées à ces conditions exceptionnelles.

UNE SAISON DES PLUIES RACCOURCIE MAIS DESTRUCTRICE

Le climat de ce mois de juillet 2018 au Japon restera dans l’histoire pour avoir été hors norme de bout en bout et à plusieurs niveaux. En effet, le mois de juin à peine sur le point de se terminer, l’Agence Météorologique Japonaise a annoncé la fin de la saison des pluies dans la région du Kanto, le 29 juin, soit avec vingt-deux jours d’avance sur la moyenne établie chaque année depuis 1951. C’est une précocité de sept jours par rapport à l’an dernier, de deux jours par rapport au précédent record qui datait de 2001. Cela signifie surtout que, pour la première fois, la saison des pluies n’a pas inclus le mois de juillet et s’est étalée sur le seul et unique mois de juin ! Le mois de juillet, qui est ainsi normalement connu à Tokyo pour sa forte humidité et ses pluies régulières sans trop grosses chaleurs, a connu un taux de précipitations exceptionnellement bas, digne d’un mois d’août. Mais paradoxalement, alors que le Kanto commençait à suffoquer, l’ouest du Japon connaissait quant à lui des précipitations records.

Dès le 5 juillet, toute la partie ouest du Japon était touchée par de fortes pluies qui allaient durer plusieurs jours, entraînant de terribles dégâts humains et matériels. Les préfectures de Ehime, sur l’île de Shikoku, et de Hiroshima, juste en face au nord, sur l’île principale de Honshu, ainsi que celle de Okayama ont affronté des intempéries exceptionnelles avec des quantités de pluies trois fois supérieures à la normale. Entre le 6 et le 8 juillet, il serait tombé selon l’Agence Météorologique Japonaise l’équivalent de quatre mois de précipitations. Ces fortes et subites précipitations ont provoqué des inondations liées aux sorties de leur lit de nombreux cours d’eau, mais aussi des ruptures de digue, ainsi que des éboulements de terrain meurtriers. Dans son rapport du 31 juillet, l’Agence de Gestion des Désastres et Incendies fait état d’un bilan de 220 morts, dont 108 rien qu’à Hiroshima, 61 à Okayama et 26 à Ehime. Neuf personnes sont encore portées disparues. Le bilan matériel est aussi imposant : 3828 bâtiments ont été intégralement détruits, 3754 autres à moitié !

DES TEMPÉRATURES EXCEPTIONNELLEMENT ÉLEVÉES ET MEURTRIÈRES

La fin précoce de la saison des pluies s’est ensuite accompagnée d’une température anormalement élevée pour un mois de juillet. Dès le 1er juillet, il a été enregistré une température maximum moyenne à Tokyo de 32 degrés, soit 5 degrés de plus que la moyenne qui est normalement de 27 degrés. Écart identique au 31 juillet, dernière journée du mois, durant laquelle a été observée une température de presque 34 degrés alors que la normale est de 29 degrés. Certaines journées, comme le 23 juillet, ont connu des pics exceptionnels avec des températures dépassant de dix degrés la moyenne de 29 degrés. C’est ce même jour qu’est d’ailleurs enregistré le nouveau record japonais de chaleur : à Kumagaya, dans la préfecture de Saitama, le thermomètre a atteint les 41,1 degrés ! Sur l’ensemble du mois, on constate in fine une moyenne incroyablement haute des températures maximales puisque supérieure de 5 degrés à la moyenne. Dans le Japon de l’est, la température moyenne générale a été de 2,8 degrés supérieure à la moyenne, faisant du mois de juillet 2018 le plus chaud depuis 1946 et le début de la collecte de ces données, et le second plus chaud dans l’ouest depuis 1994.

Ces températures élevées, causées principalement par la présence d’une zone de haute pression atmosphérique dans l’Océan Pacifique, ont eu des répercussions dramatiques et meurtrières. La semaine du 14 au 21 juillet, plus d’une soixantaine de personnes ont perdu la vie, soit en une semaine deux fois plus que le mois de juillet de l’année dernière durant lequel on enregistrait 31 décès du fait de la chaleur. On atteindrait sur ce mois de juillet un total de 116 morts du fait de la chaleur selon le rapport publié mardi 31 juillet par l’Agence de Gestion des Désastres et Incendies, soit presque quatre fois plus que l’an dernier. Selon la même agence, le nombre d’hospitalisations pour insolations et malaises liés à la chaleur a été de plus de 57 000 au mois de juillet : 10 000 la deuxième semaine, 22 000 la troisième semaine et 13 700 la dernière semaine. En cause, le non-respect des consignes de protection et d’hydratation en extérieur, mais aussi à domicile, des accidents liés à des climatisations défaillantes ou mal réglées qui s’éteignent alors que les personnes sont en train de dormir dans des pièces fermées.

UN TYPHON QUI PERD LE NORD

Le dernier phénomène climatique exceptionnel survenu en ce mois de juillet au Japon s’est produit entre le 25 juillet et le 2 août et a concerné le typhon numéro 12. Les typhons, “taïfu” en japonais, ou cyclones tropicaux sont des dépressions qui se forment à hauteur du tropique du Cancer et se transforment en tempête. Celles-ci se caractérisent par leurs forts vents, supérieurs à 110 kilomètres par heure, qui accompagnent la rotation et le déplacement des nuages porteurs de pluies et d’orages parfois destructeurs. Le Japon est habitué à ces phénomènes météorologiques et on décompte chaque année le passage sur l’archipel de plus ou moins 25 typhons, généralement entre les mois de mai et octobre. Certains sont restés célèbres comme celui qui a eu lieu en août 1281 et qui coula la flotte mongole au large de Kyushu, sauvant le Japon d’un tentative d’invasion de Kubilaï Khan au Moyen-Âge. Bien que familiers de ces épisodes climatiques, contrairement à leurs homologues en Europe ou en Amérique, les médias japonais ne baptisent pas d’un petit nom les typhons, leur attribuant un simple numéro. Celui qui s’est formé le 25 juillet dans le Pacifique était donc le numéro 12.

Si les parcours des typhons ne se ressemblent pas tous, ils ont généralement une route et un sens de direction assez similaire. Prenant naissance dans le Pacifique sud, ils remontent vers le nord et abordent le Japon par sa façade ouest (Okinawa, Kyushu et plus rarement Shikoku) poursuivant leur progression soit vers l’ouest (Chine, Corée), soit vers l’est. Il traverse alors le Japon et se dirige ensuite vers le Kanto ou le Tohoku, plus rarement vers Hokkaido. Mais le 27 juillet, le typhon numéro 12 en a décidé autrement et a pris une route inédite dans les annales de l’Agence Météorologique Japonaise : après être remonté plein nord, laissant penser qu’il aborderait le Japon par la région de Tokyo, il a braqué plein ouest quelques centaines de kilomètres au large des côtes de Kanagawa pour atteindre le 29 juillet celles de la préfecture de Mie. Il a ensuite survolé tout le Japon dans un sens inverse et inédit d’est en ouest, obliquant même au sud-ouest pour aborder Kyushu par le nord, et descendant ensuite plein sud en direction d’Okinawa. Mais au moment de quitter la préfecture de Kagoshima, il a entamé un demi-tour par l’est faisant une jolie boucle avant de se reprendre le 1er août et retrouver une destination plus conventionnelle : la Chine continentale.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique