LES LUCKY BAGS JAPONAIS

Si vous avez déjà été au Japon en début d’année, vous n’avez pu passer à côté des "Lucky Bags", ces sacs énormes qui surgissent comme par magie des étalages. C’est devenu une coutume pour les commerçants de mettre en vente de tels sacs, sans qu’il soit possible de savoir ce qu’ils renferment, et pour les consommateurs de se les arracher. Bonnes affaires pour les uns comme pour les autres, ils font l’objet d’un véritable culte au Japon où des gens sont parfois prêts à attendre des heures, voire une nuit entière, devant leur boutique préférée. La promesse d’économie liée à l’excitation de la surprise font très bon ménage au pays du soleil levant, même si la satisfaction n’est pas toujours au bout du chemin. Décryptage !

LUCKY BAG, UN SAC PLEIN DE MYSTÈRES

De son vrai nom « Fukubukuro » signifiant le sac (« fukuro ») de la chance ou de la bonne fortune (« fuku »), le lucky bag, appelé aussi « mystery bag » n’a pas fini de faire des heureux. A chaque nouvelle année, les commerçants affichent derrière des prix très attractifs de gros sacs avec la promesse pour le client de réaliser de substancielles économies sur le prix réel des produits qui se cachent à l’intérieur. Mais, comme les capsules de Gashapon, il est absolument impossible de savoir ce qu’on achète lorsqu’on se procure un de ces sacs et c’est là tout l’intérêt de la pratique. On peut le soupeser, en évaluer la forme de ses produits les plus imposants, sentir d’éventuelles odeurs, mais ça s’arrête là et ils sont scellés de façon à ne rien voir de l’intérieur.

Le consommateur est autant attiré par le mystère, l’excitation et la surprise de la découverte que par les économies qu’il va réaliser. Le fait que ces sacs ne soient disponibles que de façon limitée rajoute un élément supplémentaire d’attractivité. C’est ce qui pousse de nombreux Japonais et Japonaises à braver le froid des nuits hivernales et à passer leur réveillon devant les magasins pour être en première ligne à l’ouverture. Imaginez un peu ceci en France, c’est de l’ordre de la science-fiction !

UNE VIEILLE TRADITION JAPONAISE

Il faut remonter à un peu plus de cent ans en arrière pour voir apparaître les premiers lucky bags. C’est à la fin de la période Meiji (1868-1912) qu’un grand magasin de Tokyo, Ginza Matsuya Department Store, décide de mettre en vente ces sacs mystérieux. Les sacs auraient été vendus 25000 yens, ce qui représente à cette époque énormément d’argent, et n’auraient donc touché que la classe la plus aisée de la population.

Une vieille superstition selon laquelle on ne doit pas commencer l’année avec des affaires qui n’ont pas été désirées serait à l’origine de tout cela. Les commerçants, ainsi désireux de nettoyer leurs stocks, ont donc adopté petit à petit cette solution du prix cassé pour arriver à leurs fins, jusqu’à ce qu’elle devienne un véritable business dans les années 80.

Une véritable folie aussi à laquelle les marques étrangères implantées au Japon ont succombé. Vous trouverez sur YouTube de nombreuses vidéos des files d’attente monstrueuses qui attendent les courageux désireux de se procurer le lucky bag de la marque américaine Apple.

UNE BONNE AFFAIRE POUR LE CONSOMMATEUR JAPONAIS

Si le lucky bag a autant de succès, c’est que le consommateur y trouve son compte. Selon les cas, l’économie peut être très importante par rapport au prix indiqué. Les sacs peuvent ainsi être vendus 10000 yens et avoir une valeur de 50000 yens. La plupart des sacs sont vendus de 1000 à 5000 yens et promettent une économie de 50 % minimum sur le prix réel. Les prix des produits sont laissés, de sorte que vous pouvez effectivement savoir combien vous avez économiser une fois que tout a été déballé.

Les sacs peuvent contenir toutes sortes d’objets ou être thèmes et ne comporter qu’une seule catégorie de produits, comme des livres, des jeux vidéo, des vêtements, des chaussures, des parfums ou des bijoux. En 2006 d’ailleurs, le lucky bag le plus cher était vendu à 200 millions de yens par une bijouterie de Ginza. Certaines boutiques profitent également de l’attrait du consommateur pour ce produit pour en attirer encore plus en incluant dans certains sacs des produits de luxe, des coupons de réduction ou même des billets d’avion.

De nouvelles formes de fukubukuro ont été introduites ces dernières années et les produits peuvent être remplacés par des réductions sur des évènements ou des services, comme par exemple les salons de beauté. Juste après Noël, et même s’il n’est pas de tradition de s’offrir des présents entre adultes à cette occasion, le lucky bag peut également être une très bonne et sympathique idée de cadeau.

UN BON COUP DE POUCE POUR LE COMMERCE AU JAPON

Nous ne vous donnerons aucune adresse pour trouver les fameux lucky bags car si vous êtes au Japon en début d’année vous en trouverez obligatoirement. Toutes les boutiques ou presque en vendent et il vous sera impossible de ne pas résister à la tentation, surtout avec votre marque ou votre boutique préférée. La pratique représente aussi pour les commerçants l’occasion d’écouler les excédents et les lignes de la saison précédente qui ne sont plus d’actualité ou « à la mode ».

C’est aussi une réelle chance pour certaines enseignes lorsque les clients affichent sur Internet les trésors qu’ils ont récoltés, et une excellente publicité gratuite qui montre l’intérêt pour ces firmes de soigner leurs lucky bags. Il vous suffit de jeter un oeil par simple curiosité sur YouTube et vous y trouverez des centaines de vidéos de clients ouvrant leur lucky bag. Vous y verrez alors la satisfaction que cela procure. Et en tapant la marque du sac que vous aimeriez voir, comme Pokémon, Disney ou Ghibli par exemple, vous vous ferez une idée plus précise de ce qu’on peut trouver dans un lucky bag thème.

Mais le fukubukuro peut aussi se transformer en « fukobukuro » (le sac de l’infortune) ou « utsubukuro » (le sac de la déprime) si le commerçant n’y met dedans que des produits qui n’ont eu aucun succès et qui ne plairont certainement pas au malheureux détenteur du lucky bag. Car il n’est pas possible d’échanger les produits du lucky bag et, a fortiori, de se les faire rembourser. Certaines boutiques qui n’ont d’ailleurs rien d’intéressant à proposer aux clients préfèrent directement afficher un prix dérisoire en indiquant qu’il n’y a aucun espoir d’y trouver la fortune.

 

Reste à savoir si le consommateur aurait payé, même avec une grosse réduction, pour les produits qu’il a trouvés dans son sac. La question peut se poser notamment lorsque les produits mystérieux sont des vêtements ou des chaussures, avec les problèmes de goût, de taille ou de pointure, mais également lorsqu’il s’agit de produits d’aucune utilité. Autant de notions à prendre en compte avant de se procurer le lucky bag pour ne pas être déçu lors de son ouverture. Mais nous sommes prêts à parier que cette tradition saura vous séduire si vous avez la chance d’être au Japon au bon moment, et que les heures d’attente pour avoir le meilleur lucky bag de la capitale ne vous feront pas peur.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print

NE MANQUEZ SURTOUT PAS...

ABONNE-TOI !

QUIZ DU JOUR !

LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !

RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !

DERNIERS ARTICLES

GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique