Mont Fuji

MONT FUJI AU JAPON

Fuji-san, lieu sacré et source d’inspiration artistique

1. Présentation du Mont Fuji

Plus haut sommet du Japon avec ses 3776 mètres, le Mont Fuji est un volcan toujours considéré comme actif dont la dernière éruption remonte à 1707. Sa forme caractéristique et le symbolisme religieux traditionnel qu'il représente lui donnent un caractère sacré, à tel point que les Japonais considèrent qu'il faut le gravir au moins une fois dans sa vie. Un des proverbes japonais les plus fameux dit que "celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou". Destination très populaire, peut-être plus pour les visiteurs étrangers (30 % sur les 100 à 200000 visiteurs par an) que pour les locaux, le Mont Fuji a ainsi vu son environnement fragilisé. C'est pour une meilleure protection préservation qu'il a été inscrit le 22 juin 2013 au patrimoine mondial de l'UNESCO.

2. Préparation et Equipement

L'ascension du Mont Fuji n'est pas une promenade de santé et ne doit pas se prendre à la légère, bien que ça ne soit pas non plus un exploit irréalisable. La randonnée est classée de difficulté moyenne et beaucoup de personnes d'un certain âge la réussissent. Une bonne préparation physique ainsi qu'un équipement minimum vous seront nécessaires:

  • Si les chaussures de sport suffiront à certains, mieux vaut préférer des chaussures de randonnées, mieux adaptées à ce genre d'excursion et de terrain.
  • Des vêtements chauds seront nécessaires pour lutter contre les températures très froides et les rafales de vent qui deviennent de plus en plus violentes au fur et à mesure de l'ascension.
  • Sans oublier chapeau, gants, double paire de chaussettes et crème solaire.
  • Un bâton de randonnée peut aussi se révéler très utile durant l'ascension et la descente pour garder l'équilibre. Beaucoup partent même avec un bâton dans chaque main.
  • Enfin, il sera inutile de préciser que pour une ascension de nuit la lampe frontale est un équipement indispensable.
  • Pour ce qui est de la nourriture, là aussi, mieux vaut prendre ses précautions avant le départ. Les barres énergétiques seront toujours les bienvenues tout comme les fruits secs. Il vous faudra également prévoir au moins deux litres d'eau par personne et l'eau énergétique peut être envisageable. Pensez qu'il y a également le chemin du retour qui peut être très long...

Pour louer votre matériel, cliquez sur le bouton ci-dessous. vous avez également la possibilité de poser vos questions sur le facebook de Yamarent en cliquant ici.

3. L'accès ( transports dans la région du Kanto )

Le Mont Fuji n'est ouvert au public qu'en saison estivale, du 1er juillet au week-end de la mi-septembre (pour le parcours principal, délai raccourci pour les autres). En-dehors de cette période, le sommet est couvert de neige et l'ascension n'est possible qu'avec un équipement complet et un guide. Elle est fortement déconseillée par les autorités, mais si vous êtes téméraires, expérimentés et bien équipés, il vous faudra quand même passer par de nombreuses procédures officielles et vous faire enregistrer. On ne prend rien à la légère au Japon, surtout avec la sécurité.

Des bus partent très fréquemment de la gare de Shinjuku pour rejoindre la cinquième station du Mont Fuji, départ des excursions. Il faudra compter deux heures et demi de trajet au départ de Tokyo. Le train, gratuit si vous disposez du Japan Rail Pass, vous laissera également dans des gares à proximité du lieu de départ de l'ascension.

4. Les routes

Il n'y a pas qu'une seule route pour accéder au sommet mais quatre, adaptées aux besoins et désirs de chacun. La plus accessible et donc la plus fréquentée s'appelle Yoshida trail. C'est celle qui permet de se reposer dans les nombreux refuges et de voir le lever du soleil sans être au sommet. Il y a aussi la Subashiri trail, la Fujinomiya trail et la Gotemba trail, réputée la plus difficile et physique. Celles-ci étant réservées aux randonneurs plus expérimentés, le nombre de refuges est plus réduit.

Il existe un cinquième chemin qui vous permettra, même si vous veniez à changer d'avis au dernier moment, de faire le tour du Mont Fuji sans aller au sommet. Relativement peu connu et donc peu fréquenté, l'Ochida trail est un sentier de promenade qui part de l'observatoire de la 5e station, traverse une forêt et offre des points de vue remarquables sur le volcan, les lacs de la vallée et les Alpes japonaises.

Voici une rapide présentation des 4 différents chemins ( Les cartes: carte 1 - carte 2 - carte 3):

  • Yoshida Trail fait 6 km de long et accueille chaque année environ 135 000 personnes.
  • Fujinomiya Trail est le chemin le plus court (5 km). C'est aussi le chemin historique, le premier accès qui a été ouvert pour atteindre le sommet. Cette route attire chaque année environ 55 000 personnes.
  • Subashiri Trail est, avec ses 8 km de long, le chemin le plus boisé. Il est plus dur que les précédents même si la pente est plus douce. Il est choisi chaque année par près de 25 000 personnes.
  • Gotemba Trail est enfin le trajet le plus long (9,5 km) et le plus difficile. En moyenne 15 000 personnes le privilégient chaque saison.
  • Ochudo Trail est un sentier de promenade qui traverse la forêt située au cinquième étage et qui forme un cercle autour du volcan.

5. La durée

Tout dépendra de chacun, de l'heure du départ, des conditions climatiques rencontrées en cours d'ascension, des temps de pause, de l'affluence sur les routes et de sa condition physique. Ce n'est pas une course bien que le but soit d'arriver au sommet, si possible avant le lever du soleil. Une fois là-haut, vous pourrez profiter d'un spectacle grandiose et si le cœur vous en dit, faire le tour du cratère de ce volcan encore en activité. La promenade en vaut vraiment la peine et ce n'est pas tous les jours que vous aurez l'occasion d'admirer un spectacle comme celui-ci. Mais il faudra tout de même penser au chemin du retour qui n'est pas de tout repos.

Vous pouvez choisir de partir:

  • De nuit pour profiter de la fraîcheur des lieux et éviter les embouteillages. Faire l'ascension de nuit vous permettra aussi de faire des économies sur la nuit en refuge (quelques heures en fait et un repas chaud) mais sera plus éprouvante que de jour.
  • En début de journée en faisant une pause salutaire dans l'un des nombreux refuges du Mont. Faire l'ascension de jour vous coûtera plus cher à cause du refuge mais dormir à cette altitude, au-dessus des nuages, n'est pas chose fréquente.

6. Les refuges

Il y a en tout 10 stations avant d'atteindre le sommet en empruntant la route Yoshida ainsi que des refuges dans chaque station. Mieux vaut s'y prendre plusieurs mois à l'avance pour les réserver car les places sont limitées. Le confort est minimum mais ce n'est peut-être pas ce que l'on recherche pour ce genre d'activité.

Les refuges sont en fait des dortoirs, la lumière reste allumée en permanence et les ronflements des gens fatigués sont légion, mais ça fait partie du jeu. Vous devrez vous réveiller relativement tôt si vous voulez arriver au sommet avant le lever du soleil. Vous vous retrouvez alors au-dessus des nuages et profiterez d'une expérience magique qui ne se reproduira peut-être plus.

À noter:

Vous trouverez des toilettes dans tous les refuges.

Même à cette altitude, le Wi-Fi marche étonnamment bien et vous pourrez sans problème partager votre exploit sur Facebook, Twitter et Instagram en live !

Pour réserver votre place en dortoir et avoir accès à un service de guide, cliquez sur le bouton ci-dessous. Les réservations n'ouvrent qu'à partir du 1er avril.

Pour réserver directement votre place dans le refuge de votre choix, ce site vous donne tous les numéros de téléphone utiles.

7. Le cratère

Le sommet et le tour du cratère restent évidemment le but de l'excursion. On ne gravit pas un volcan sans en admirer son cratère de 500 mètres de diamètre ! On peut en voir le fond et c'est réellement impressionnant mais attention, il ne sera accessible qu'en cas de conditions climatiques favorables. Le Mont Fuji n'étant pas entouré d'autres montagnes, il y a souvent au sommet de fortes rafales qui peuvent en limiter l'accès. Faire le tour du cratère prendra entre deux et trois heures. Les points de vue sont à couper le souffle, tout comme la côte qui permet d'accéder au point culminant. Pensez à prendre une grande bouffée d'oxigène (également disponible sous forme de bouteille) avant de l'attaquer !

8. La descente

Vous pensez peut-être que la descente est une partie de plaisir après tous ces efforts fournis au moment de l'ascension mais il n'en est rien. Elle ne s'effectue pas par le même chemin et consiste en une multitude de lacets, interminables, pour rejoindre la base. La descente peut prendre jusqu'à quatre heures et peut s'avérer assez fastidieuse. Les muscles utilisés ne sont pas les mêmes que pour l'ascension, c'est un tout autre exercice et mieux vaut être équipé de bonnes chaussures. La roche volcanique étant très glissante, les chutes seront presque inévitables. Certains choisiront de descendre en courant mais mieux vaut ne pas se presser.

9. Les dangers et inconvénients

  • Toute randonnée comporte des risques. Les pieds et muscles sont mis à rude épreuve et sans une bonne paire de chaussures, les risques de chutes ou foulures sont plus fréquents. L'ascension ne se limite donc pas à de la simple marche et il y a par endroit de véritables murs de lave à passer. Cela ne relève pas de l'escalade non plus mais ce sera tout de même une petite difficulté, avec des prises à trouver, surtout de nuit ou avec des conditions climatiques difficiles.
  • La roche volcanique peut en outre être très coupante.
  • La présence de beaucoup de monde peut provoquer des ralentissements à certains endroits.
  • Une fois passé une certaine altitude, vous pourrez être pris de vertiges et de maux de tête. C'est le mal des hauteurs dû au manque d'oxigène. Des bonbonnes sont en vente pour combler ce manque. A noter que chaque année des personnes décèdent sur les flancs du Mont Fuji.
  • Une fois au sommet, le vent peut rendre le tour du cratère dangereux. En cas de grosses rafales, l'accès pourra même être interdit. Il y fait très froid et les vêtements chauds seront de rigueur, au moins jusqu'à ce que le soleil se lève. Pensez également à la crème solaire car il tape très fort et ne pardonne guère.
  • Les conditions climatiques sont d'ailleurs à prendre au sérieux et la météo devra être scrupuleusement observée avant de tenter l'ascension. Le typhon rendra forcément l'ascension interdite.
  • Si vous pensez marquer le succès de l'ascension par une coupe de champagne au sommet, sachez qu'alcool et altitude ne font pas bon ménage et qu'il vaudra mieux s'en abstenir. De plus, l'ascension nécessite un gros effort physique et l'alcool ne vous aidera en rien pour le réaliser, bien au contraire.
  • Sur la descente et après l'effort de l'ascension, la vigilance baisse et c'est là que peuvent se produire les chutes, le sol glissant n'arrangeant rien.
  • Enfin, n'oublions pas que le Mont Fuji est un volcan qui n'est pas éteint. Et même si sa dernière éruption remonte à 1707, il est susceptible de se réveiller à tout moment. Le grand tremblement de terre de 2011 l'a d'ailleurs, selon les spécialistes, fragilisé. La menace est certes minime mais ne doit pas être totalement écartée.

10. Coût

TRANSPORT:

Environ 5000 yens aller-retour en bus.

LOCATION DU MATÉRIEL:

Beaucoup de boutiques à Tokyo sont spécialisées dans la location de matériels de randonnées. Il faudra compter 15000 yens pour un équipement optimum.

HÉBERGEMENT:

La réservation des refuges se fait longtemps à l'avance et coûtera entre 5000 yens (lit seulement) et 8000 yens (incluant dîner et petit déjeuner). Un supplément de 1000 yens s'appliquant les samedis.

NOURRITURE:

À vous de voir ce que vous voulez amener avec vous mais ne faites pas d'économie là-dessus. Il en va de votre santé et de votre bien-être durant l'effort. Sachez que vous pourrez vous reposer et vous alimenter dans chaque refuge mais que le coût des snacks et autres plats augmente avec l'altitude.

COÛTS ANNEXES:

  • Le vrai bâton du randonneur en bois est en vente avant ou pendant l'ascension. Il est idéal pour garder une trace authentique de son exploit, surtout si l'on veut y apposer le tampon de chaque station traversée (200 ou 300 yens par station). Le plus grand modèle coût 1500 yens. Les bâtons "classiques" pourront s'acheter par avance et le moins cher est de l'ordre de 1000 yens.
  • Les toilettes sur le Mont Fuji ne sont pas gratuites. Pensez à prévoir suffisamment de pièces de 100 yens avant le départ car le change ne vous sera pas souvent donné.
  • Vous pouvez acheter des souvenirs dans les refuges du Mont ou dans les boutiques de la huitième station.
  • Depuis qu'il est inscrit au patrimoine mondial, il faut s'acquitter de 1000 yens pour pouvoir aller sur les pentes du Mont Fuji. Ce qui vous donnera en prime le droit de porter un beau badge remis à cette occasion.

Informations concernant le Fuji-san en anglais: lien 1 - lien 2 - lien 3

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print

NE MANQUEZ SURTOUT PAS...

ABONNE-TOI !

QUIZ DU JOUR !

LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !

RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !

DERNIERS ARTICLES

GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique