Secte Aun

SECTE AUM : EXÉCUTIONS DU GOUROU ET DE SES LIEUTENANTS

Vendredi 06 juillet 2018, dans la matinée les médias japonais ont annoncé l’exécution par pendaison du gourou de la secte Aum Shinrikyo, Shoko Asahara, et de plusieurs membres de son groupe :  Masami Tsuchiya et Seiichi Endo ont été pendus à Tokyo, Yoshihiro Inoue et Tomomitsu Niimi à Osaka, Tomomasa Nakagawa à Hiroshima et enfin Kiyohide Hayakawa a été pendu à Fukuoka. Certains membres de la secte avaient été transférés depuis Tokyo dans différentes prisons et préfectures du Japon (Tokyo, Hiroshima, Osaka, Fukuoka…) le 14 mars 2018.

UNE SÉRIE DE CRIMES HORS NORME POUR LE JAPON

En février 2004, la cour de Justice de Tokyo condamnait Shoko Asahara, de son vrai nom Chizuo Matsumoto, et 12 autres membres de son groupe à la peine capitale pour l’accomplissement de treize crimes qui menèrent à la mort de 29 personnes et en blessèrent plus de 6 000. Le verdict fut confirmé par la Haute Cour de Justice du Japon dix-huit mois plus tard en septembre 2006. 191 autres personnes furent condamnés à des peines moindres. L’application des peines a été retardée, le temps pour certains condamnés de faire valoir tous leurs recours. Et ce n’est que le 25 janvier 2018 que la Justice japonaise a clos définitivement l’affaire. Les treize crimes imputés, dont beaucoup ne furent mis à jour qu’après l’arrestation des dirigeants de la secte comprenaient entre autres trois affaires qui marquèrent l’histoire récente du Japon.

C’est tout d’abord en novembre 1989 l’enlèvement et assassinat de l’avocat Tsutsumi Sakamoto, de sa femme et de leur bébé de 1 an. L’avocat défendait une famille japonaise qui souhaitait faire sortir leur enfant de la secte. C’est ensuite l’attaque au gaz sarin dans la nuit du 27 au 28 juin 1994 dans la ville de Matsumoto, dans la préfecture de Nagano, faisant 8 morts et 200 blessés. Les habitants de la ville de Matsumoto étaient globalement hostiles à la secte. C’est enfin l’attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo, sur les lignes Chiyoda, Hibiya et Marunouchi qui desservent les stations proche des ministères japonais, le 20 mars 1995 qui causa la mort de 12 personnes et fit plus de 5 500 blessés. En mai 1995, soit deux mois après l’attaque au gaz sarin, et alors qu’entre temps d’autres tentatives d’attentat et de meurtre comme celle sur chef de la police de Tokyo le 30 mars se sont produites, Shoko Asahara est arrêté au quartier-général de la secte, près du Mont Fuji.

UNE SECTE ENCORE ACTIVE AU JAPON ET EN RUSSIE

Chizuo Matsumoto est né en 1955 dans la préfecture de Kumamoto. Il a initialement fondé en 1984 une école de yoga avant de former ce qui allait devenir la secte Aum Shinrikyo en 1987 qui sera reconnue officiellement comme organisme religieux en 1989. Secte bouddhiste mais s’inspirant de l’hindouisme, Shoko Asahara se présentait lui-même comme la réincarnation de Shiva, divinité hindoue de la destruction et de la régénérescence, Aum était néanmoins une secte millénariste qui mixait les traditions apocalyptiques puisque son gourou prophétisait aussi la survenue prochaine de la bataille d’Armageddon, bataille finale entre le Bien et le Mal dans le Nouveau Testament.

La secte s’est aussi essayée à la politique, présentant des candidats aux élections sénatoriales de 1990 sous la bannière du Parti de la Vérité, avec un résultat peu probant. Elle avait aussi adopté une organisation de type « shadow gouvernment » avec des ministres aux charges précises. La secte recrute dans tous les milieux sociaux, cherchant néanmoins des personnes hautement qualifiés capable de mettre en œuvre les projets criminels du gourou, comme le docteur Tomomasa Nakagawa, personnage central du programme de développement et d’acquisition de gaz sarin et exécuté ce jour en son centre de détention à Hiroshima Les estimations sur le nombre de ses membres au Japon a oscillé entre trois et quatre milles selon les sources. La secte ayant aussi une forte audience en Russie. En 1997, et malgré les différents crimes perpétrés, la demande de dissolution de la secte est rejetée par la Commission d’examen de la sécurité publique, mais elle est mise sous haute surveillance. Tous les membres de la secte n’ont pas été arrêtés. Celle-ci continue d’ailleurs d’exister et depuis 1999, elle porte un nouveau nom : Aleph.

PARTAGEZ AVEC CEUX QUE VOUS AIMEZ !
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Pinterest
Email
WhatsApp
Print
NE MANQUEZ SURTOUT PAS...
ABONNE-TOI !
QUIZ DU JOUR !
LE JAPON EN UN CLIC

Vous avez besoin d’aide et d’infos ?
Nous sommes justement là pour ça !
Consultez tous nos articles pratiques ou contactez-nous directement si vous n’avez pas encore trouvé ce qu’il vous faut.

ARTICLES

SERVICES

CONTACT

POUR VOTRE CULTURE

les archives du Japon

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !
RECEVEZ TOUTES LES NEWS DU JAPON !
GARDONS LA LIGNE !

Des questions ?
Fugujapon vous répond !

FUGUJAPON

〒162-0824
東京都新宿区揚場町2−20
嶋田ビル3F

Copyright © Fugujapon. All Rights Reserved.
Site internet francophone au Japon: France l Belgique l Suisse l Canada l Afrique